Devenez donneuse de bonheur 3 ans et 9 mois

A 36 ans, Audrey Keysers est déclarée infertile. Après deux échecs d’insémination dans un hôpital parisien, on lui conseille de jeter l’éponge. Comme beaucoup de Françaises infertiles confrontées à une absence de solutions en France, la jeune femme se rend dans des hôpitaux Belge et Espagnol. 1ère surprise : l’approche y est beaucoup plus humaine. 2ème surprise : dans cette Europe toute proche, les solutions existent, tout est organisé, efficace, presque simple. Les Françaises, premières patientes étrangères des cliniques d’infertilité, y sont accueillies à bras ouverts. Devenue maman, Audrey Keysers revient sur ce parcours plein de déconvenues et d’espoirs, qui semblera familier à beaucoup de femmes. Avec une question : pourquoi ce qui est possible ailleurs est-il si compliqué chez nous ? Au-delà du récit d’une histoire personnelle, ce livre a pour objectif de redonner espoir aux femmes et aux couples traversant l’épreuve de l’infertilité, de sensibiliser au don d’ovocytes dont on parle encore trop peu en France et de faire des propositions concrètes pour améliorer la prise en charge de la procréation médicalement assistée en France.

_

La réalité, parfois dure, de l’humanité

Devenir mère est une étape importante dans la vie d’une femme, dans une famille, pour un couple. Il n’y a qu’à observer nos mamans pour se rendre compte à quel point donner la vie est quelque chose de merveilleux. Pour certaines personnes, je suppose que l’idée de mettre un enfant au monde peut faire peur, mais que ressent-on lorsque l’on est face à l’impossibilité de concrétiser cette envie? A presque 22 ans, je ne m’étais encore jamais posé la question.

« Comme je ne voulais pas attendre sans rien faire, je me suis aussi inscrite sur une liste pour le don d’ovocytes dans un hôpital espagnol. En même temps, je recevais tous les six mois une lettre sèche et officielle de refus de don d’ovocytes de la France. »

Il y a quelques mois j’ai eu la chance de découvrir l’émouvant histoire d’Audrey, un journal de bord militant, drôle, tendre et optimiste qui m’a profondément émue. Après trois ans d’acharnement et de patience, Audrey est tombée enceinte à 39 ans et à donnée naissance à Rose.

_

Un témoignage poignant

C’est entre les frissons et l’espoir que j’ai dévoré ce récit qui symbolise le combat d’une vie. Le combat pour donner la vie. En dévorant ce livre, j’ai eu l’impression de vivre cette aventure aux côtés d’Audrey et d’être dans la peau de cette battante.

En racontant son combat pour donner la vie, Audrey souhaite aider ceux qui sont dans la même situation. Car comme elle le dit, même si tout s’est bien fini pour elle, le bilan de sa procréation médicalement assistée était lourds et symptomatique des erreurs du système français. Elle a subi des traitements aux effets secondaires invivables, a dû faire preuve d’une patience à toute épreuve, a été obligée d’emprunter plus d’une dizaine de milliers d’euros et a failli vivre un accouchement très dangereux à cause d’un refus de césarienne.

Ce véritable parcours du combattant lui a donné envie d’aider d’autres femmes qui se retrouvent dans la même situation. Et elle m’a donné, à travers ce livre, envie de m’intéresser plus en profondeur à ce sujet dont peu ne parle. A travers ce témoignage, Audrey ne soulève pas seulement les défaillances du système de prise en charge français, elle redonne espoir aux femmes et aux couples qui traversent l’épreuve de l’infertalité.

_

Aux futures femmes qui feront un don d’ovocytes, ou y penseront

En 2014, 501 femmes faisaient un don d’ovocytes. Le nombre de dons, désormais possible sur tout le territoire, a augmenté de 40% entre 2010 et 2014. Mais cela ne suffit pas. L’Agence de la biomédecine estime qu’avec 900 donneuses supplémentaires, il serait possible de répondre aux nouvelles demandes et satisfaire le besoin des couples inscrits sur liste d’attente. Depuis 2015, les femmes n’ayant jamais eu d’enfants auparavant peuvent donner leurs ovocytes, ce qui a permis de faire augmenter le nombre d’entre vous qui peuvent potentiellement donner.  Mais vous ne le saviez probablement pas.

En lisant le témoignage d’Audrey je me suis rendu compte que cette pratique restait encore très peu connue. Très peu de femmes connaissent le don d’ovocytes, la possibilité-même de donner et les conditions selon lesquelles on peut le faire.

Alors il est désormais temps de comprendre les aspects techniques de la question, réfléchir au sens du don, du patrimoine génétique, de la différence entre filiation biologique et filiation sociale, entre gênes et parentalité… car ce sujet ne dois pas rester un tabou mais doit devenir un espoir pour toutes les femmes qui ont besoin d’une aide médicale pour donner la vie. 

_

__________

_

Aujourd’hui, cela fait 6 mois jour pour jour que ma Marion, ma meilleure amie d’enfance, ma soeur, a donné la vie. Je me rends compte à quel point c’est quelque chose de merveilleux et à quel point ça peut combler de bonheur une famille. Ce bonheur devrait être accessible à toutes et à tous, alors vous aussi réfléchissez-y et…

_

Devenez donneuse de bonheur !

 


2 comments on “Devenez donneuse de bonheur”

  1. Carole dit :

    Ton article est super touchant et le livre a vraiment l’air super!je suis totalement d’accord avec toi, c’est un sujet dont on entend tres peu parler pourtant ca touche beaucoup de femmes et de couples… merci pour cette belle decouverte! Bisous

  2. Je ne connaissais pas du tout ce livre mais tu m’as vraiment donné envie de le lire! Je suis ravie que l’issue soit joyeuses pour cette femme et je trouve ton article super chouette ma beauté ♡

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez donneuse de bonheur - Ciao Flamingo